•• QU'EST CE QU'UNE PSYCHOTHÉRAPIE ?

Une psychothérapie, c'est tout d'abord prendre un temps pour s'occuper de soi et de ce qui ne va pas avec l'aide de « quelqu'un »; quelqu'un qui sache accueillir sans conseiller, ni juger... Pour rendre cela possible, le psychopraticien a su acquérir la qualité d'écoute nécessaire en menant avant et pendant sa formation un important travail psychothérapeutique sur lui-même. L'alliance thérapeutique, c'est à dire le lien de confiance qui naît et se développe entre le sujet et son psychopraticien, est la base nécessaire au cheminement. Sur elle, se construit la possibilité pour le sujet de parler intimement de sa souffrance et de ses difficultés existentielles, en d'autres termes de ce qui ne va pas dans sa vie, des questions qu'il se pose.

•• À QUOI SERT-ELLE ? À QUI S'ADRESSE-T'ELLE ?

Une psychothérapie est un moyen de faire quelque-chose pour soi. En tout premier lieu elle sert à décharger le trop plein de souffrances et à se libérer de ce qui pèse; à confier à un autre, ce qui est difficile à dire, souvent plus encore à ses proches, à sa famille, à ses amis... Pouvoir le dire avec les mots, mais aussi pouvoir exprimer les sentiments, les émotions, les douleurs qui vont avec.

Une psychothérapie sert également à discerner les tenants et les aboutissants de l'incompréhensible de nos souffrances. Chercher en soi l'éclairage du sens, pas seulement pour comprendre, mais surtout pour s'accueillir tel que l'on est...

Le chemin thérapeutique aide aussi à découvrir des parties ignorées de soi-même, des talents cachés, des possibilités que l'on n'imaginait pas auparavant. C'est un chemin vers soi, une rencontre avec soi-même. Une psychothérapie s'adresse donc en premier lieu aux personnes en difficulté de vie relationnelle et/ou existentielle qui n'acceptent pas d'en rester là et aspirent à prendre en main leur destin.

•• LES DIFFÉRENTS COURANTS DE LA PSYCHOTHÉRAPIE ACTUELLE

Déjà en 2001, on constatait que plus de deux millions de personnes adultes (5.2%) en France avaient recours à la psychothérapie (sondage national auprès d'un échantillon de 8 000 personnes, représentatives de la population française, effectué par l'Institut National de Sondage BVA, en collaboration technique avec la FF2P et le magazine Psychologies). Ainsi, face à une population très large et venant d'horizons socioculturels multiples, la psychothérapie a dû enrichir sa pratique d'approches complémentaires à celles de la psychanalyse. On estime actuellement à près de 400, le nombre des méthodes de psychothérapie existant en Europe et aux Etats-Unis. Cette diversité qui témoigne du dynamisme de la psychothérapie reflète également un éclectisme qui peut désorienter le consultant. Les principales méthodes sont regroupées au sein de quatre grands courants de psychothérapie (Cf. Avis du Conseil Supérieur d'Hygiène de la Santé publique de Belgique du 13/07/2005) :

Les psychothérapies d'orientation psychanalytique et psycho-dynamique se sont développées dans le cadre institutionnel, celui des familles, des couples et des groupes. Elles se déroulent également en séances individuelles et considèrent toujours la demande du sujet à l'image des psychanalyses orthodoxes (S. Freud, C.G Jung, J. Lacan...) pour l'accompagner dans l'élaboration de ses propres solutions.

Les psychothérapies d'orientation comportementale et cognitive s'originent dans les travaux de B.F. Skinner au cours des années cinquante sur les comportements opérants. Elles ont mis en oeuvre différentes méthodes en vue de les adapter aux personnes et aux situations particulières afin de produire des changements de comportements opérants chez ces personnes.

Les psychothérapies d'orientation familiale et systémique proviennent des travaux de l'Ecole de Palo Alto (1952-1962) qui ont permis d'importer dans le champ de la thérapie familiale, l'approche de la théorie générale des systèmes créée par L. von Bertalanffy. La famille y est envisagée comme « un système » et l'apparition d'un symptôme chez l'un de ses membres comme la manifestation d'un déséquilibre du système lui-même et analysé en conséquence.

Les psychothérapies humanistes à orientation expérientielle sont nées aux Etats-Unis dans le milieu des années cinquante sous l'impulsion d'A. Maslow, F. Perls, W. Reich, C. Rogers... Elles sont fortement influencées par les courants existentialistes et phénoménologiques : Heidegger, Buber, Sartre, Merleau-Ponty... Elles ont en commun de mettre l'être humain et son vécu subjectif au centre de la psychothérapie. C'est en lui-même et par le développement de ses propres ressources que le consultant, avec l'appui du psychopraticien, va chercher la réponse réparatrice à ses souffrances. Pour y parvenir, les courants humanistes ont élaboré des approches originales. Parmi les plus caractéristiques on trouve : l'approche émotionnelle, la place donnée au corps, les techniques de respiration, le toucher thérapeutique, la pratique de séminaires résidentiels...

Toutes ces approches innovantes ont donné naissance à différentes méthodes de psychothérapie. Parmi les plus connues, on trouve : la gestalt-thérapie, l'analyse transactionnelle, l'analyse psycho-organique, la psychosynthèse, la psychothérapie centrée sur la personne..., et plus spécifiquement dans le champ de la thérapie psychocorporelle : la bioénergie, l'intégration posturale psychothérapeutique, la psychologie biodynamique, la végétothérapie, la somatothérapie...